Tags

, , , , ,

Hier midi, je suis allée déjeuner avec Mo, ma Marraine.

Après 2 Pina Colada… L’une en entrée…

L’autre en dessert…

Et une marmite de moules Poulette entre les deux…

Nous nous sommes dites notre envie d’aller ikéater pour des bougies (bien que j’ai deux caisses pleines de bougies mais là n’était point le sujet… Ni l’envie, justement).

Et là, j’ai eu un coup de coeur. Un coup de foudre. Un coup d’soleil, un coup d’amour, un coup de je t’aime, j’sais pas comment faut que je me rappelle et si je rêve, tant pis, j’ai attrapé un coup d’soleil, un coup d’amour, un coup de je t’aime… En 3 actes. 1er acte. Je tombe en arrêt devant une méridienne. Je dis à Mo "tu vois, ça, c’est mon rêve". Je lui parle de ce film que j’ai vu récemment, dans lequel l’actrice n’arrêtait pas d’être sur sa méridienne (je ne me rappelle plus du titre du film mais quelle importance et puis vraiment, qu’est-ce qu’on s’en fouuuutt…) et je lui dis que la mienne, je l’aimerai avec des accoudoirs (est-ce qu’une méridienne à accoudoirs existe, là est la question ?). Nous continuons notre chemin (tout tracé par Ikéa). Second acte. De nouveau, la méridienne (à la réflexion, je pense que c’est une vraie tactique commerciale que de la présenter autant de fois sur le chemin….). Dans un coloris beige (sale). Je frissonne. Elle me plait, cette méridienne, c’est dingue dingue dingue. Cette fois, je ne résiste pas à l’envie de m’installer dessus. Mon corps s’enfonce moelleusement, si le paradis de la méridienne existe, il est ici là juste maintenant. Je redis à Mo "non mais tu vois, c’est vraiment une méridienne qu’il me faut, qu’est-ce que je suis bien dedans….!" et je commence à me justifier plaindre, comme quoi je suis tellement mal installée chez moi quand je bouquine (ma pauvrette, oui, tu es bien malheureuse….), le canapé est trop dur, dans le lit les coussins sont trop mous, dans le Chesterfield j’ai mal au dos et je ne peux pas allonger mes jambes… Nous continuons notre chemin. Troisième acte. Encore la méridienne !!! Dans un coloris chocolat, cette fois. Je m’installe à nouveau (je crois qu’hier, j’ai testé toutes les méridiennes exposées à Ikéa…). Et là, Mo me dit de m’installer "comme il faut" (je me posais juste sur le bord mais c’est que je suis timide…), ce que je fais, je m’installe au milieu, bien calée… Et je dis à Mo qu’elle peut partir, moi c’est décidé, je reste là, je ne quitte plus cette méridienne….! Je m’imagine déjà, à bouquiner, en sirotant un café (ou un apéroooo)… Je rêve. Je fantasme. Je me justifie mentalement, non je n’ai pas besoin d’une méridienne, oui j’ai envie d’une méridienne, et puis je pourrais me faire mon petit cadeau de Noël avant l’heure après tout, je l’ai bien mérité, j’ai été sage cette année blablabla…

Une fois passée en caisse (avec des bougies, un porte-bougie et des tasses à café…), nous sommes rentrées. J’étais à peine chez moi que déjà, j’étais sur le site Ikéa. Pour ma méridienne (oui, je dis déjà ma méridienne…). Si je la commande, il me faut patienter environ 15 jours (mais je ne galère pas d’Ikéa à chez moi avec les colis….) avant de l’avoir dans le salon. Sauf que je n’ai pas envie d’attendre 15 jours. J’ai donc appelé mes parents, qui ont un Peugeot Partner (j’ai comme un doute que le colis entre dans ma 107, même avec les sièges rabattus…) et rendez-vous est pris pour retourner à Ikéa lundi après-midi. Je me moque de galérer à monter ma méridienne jusqu’à chez moi (j’ai bien monté mon fauteuil chesterfield sur mes épaules jusqu’au 7ème étage parce qu’il ne rentrait pas dans l’ascenseur….), je veux ma méridienne.

Vivement lundi. Mardi mercredi et jeudi (je suis en vacances), c’est sûr, je ne quitte pas ma méridienne…! Vendredi, je retourne au bureau (je suis de permanence) et il va de soi que je vais passer ma journée à rêver… De mes retrouvailles en soirée avec ma méridienne !

About these ads