Étiquettes

, ,

Dans la petite ville de Jackson, Mississippi, durant les années 60, trois femmes que tout devait opposer vont nouer une incroyable amitié. Elles sont liées par un projet secret qui les met toutes en danger, l’écriture d’un livre qui remet en cause les conventions sociales les plus sensibles de leur époque. De cette alliance improbable va naître une solidarité extraordinaire. À travers leur engagement, chacune va trouver le courage de bouleverser l’ordre établi, et d’affronter tous les habitants de la ville qui refusent le vent du changement…

Hier soir, je suis allée à l’avant-première du film La couleur des sentiments, je crois que cela faisait bien deux semaines que j’avais ma place et j’étais assez impatiente de voir ce film, après avoir lu le livre. Et puis c’est un petit plaisir totalement onirique que de voir un film en avant-première, un peu avant tout le monde (même si je n’étais pas la seule et l’unique dans la salle à vivre ce plaisir-là, va de soi…). J’avais terriblement aimé le bouquin, j’ai terriblement aimé le film qui respecte à mon sens les idées du livre tout en s’en éloignant à quelques reprises avec légèreté, la dimension humoristique de cette histoire se trouve ainsi renforcée, je pense notamment au rôle de la mère d’Hilly, davantage développé dans le film que dans le livre… Pour mon plus grand plaisir. Les actrices sont bien choisies, je pense à Skeeter, à Aibileen et Minny et puis surtout, à la très méchante Hilly qui joue son rôle à la perfection. Presque 2 heures 30 de film, cela peut sembler long mais c’est nécessaire pour vivre cette histoire et se laisser totalement emporter par la grâce des personnages. Un vrai, un beau, un chouette film.

Pour la petite anecdote, Tate Taylor, le réalisateur du film, et Kathryn Stockett, auteur du livre, se connaissent depuis leur plus tendre enfance (et à l’instar des personnages du film, ils furent également élevés par une bonne afro-américaine, qu’ils considèrent comme une « seconde maman »). Kathryn avait confié le brouillon de son livre à Tate, qui s’était empressé de le lire et s’était aussitôt engagé à adapter cette histoire pour le grand écran.