Étiquettes

,

Le mot de l’éditeur : Alex, une jeune femme de 35 ans, belle et attirante, essaie des perruques dans un magasin du boulevard de Strasbourg. Quelques heures plus tard, elle est enlevée par un inconnu qui la suivait, jetée dans une camionnette et séquestrée dans un hangar désaffecté. Le ravisseur a organisé sur place un théâtre de tortures qu’elle va subir jusqu’à l’horreur. Alex parvient à se libérer avant que la police ne la retrouve, et n’identifie son tortionnaire, suicidé sur le périphérique. Dès lors, l’énigme d’Alex et de son passé ne peut plus lâcher le lecteur, qui la découvre du point de vue de la victime et de ses bourreaux, jusqu’au terme d’une tragédie imprévisible et fatale. Il est impossible d’en dévoiler davantage sans déflorer une intrigue d’une intelligence et d’une construction diaboliques qui touchent à la perfection. L’écrivain se révèle dans le ton et le style du récit (d’une feinte impassibilité) à l’image du commandant Verhoeven, le flic qui élucide la tragédie d’Alex, d’une attachante complexité.

Cette fois c’est fait : je suis fan de Pierre Lemaitre. Autant j’avais eu un peu de mal à accrocher avec les débuts de Robe de mariée avant de me laisser complètement emporter, autant avec Alex, j’ai accroché dès le début et je n’ai plus lâché ce livre avant de connaitre le dénouement (finalement, quel bonheur ce jour férié !). L’histoire est certes glauque, mais pleine de rebondissements… Alex fait partie de ces livres impossibles à lâcher avant la dernière page. Génial !