Étiquettes

, ,

Le mot de l’éditeur : Sally, Cindy, Lucile… Depuis l’enfance, Annabelle Granger s’est habituée à devoir changer brusquement de prénom, de nom, de maison, de ville, d’histoire… Sans que ses parents lui donnent la moindre explication. Trente ans plus tard, la découverte, dans une chambre souterraine de l’ancien hôpital psychiatrique de Boston, des cadavres de six fillettes fait la une des journaux. L’une d’elles porte un médaillon au nom d’Annabelle Granger. L’heure n’est plus à la fuite et Annabelle décide de sortir enfin de l’ombre. Mais le tueur est toujours aux aguets. Il l’attend. Depuis vingt-cinq ans. Le début surprenant d’un suspense qui ne l’est pas moins…

C’est le premier livre de Lisa Gardner que je lis, et j’ai beaucoup aimé : un bon suspens, un rythme prenant et des suspects à profusion… Même si le dénouement est prévisible bien avant la fin, peu importe, c’est un style de polar que j’aime beaucoup et je lirai assurément d’autres livres de Lisa Gardner, d’autant qu’il me semble en avoir vu 2 dans ma pile de livres à lire…. La lecture de ce livre m’a fait penser à du bon Mary Higgins Clark.

Prochain livre, L’oiseau de mauvais augure de Camilla Läckberg, quatrième et dernier opus de la tétralogie après La princesse des glaces, Le prédicateur et Le tailleur de pierres.