Étiquettes

,

Aujourd’hui, je suis seul. Je n’ai plus rien, plus de frères, de sœurs, de père, ni de mère. La justice m’a donné tort mais je sais aussi que je ne dois pas me taire.
Laurent de Villiers

« Ce témoignage est emblématique du parcours d’obstacles se dressant devant ceux qui revendiquent leur statut de victime. Dans le cas de Laurent de Villiers, après avoir ordonné en mai 2010 le renvoi aux Assises de son agresseur présumé, la justice s’est ravisée et a prononcé un non-lieu en appel. Laurent de Villiers a décidé de se pourvoir en cassation ».

Les bénéfices de l’éditeur issus des ventes de ce livre seront reversés à une association de protection de l’enfance.

Un témoignage difficile sur l’enfance de Laurent de Villiers, jamais reconnue comme victime au sein de sa famille, bien que ses membres (dont ses parents) aient reconnu les faits, son frère Guillaume également dans un écrit notamment. J’ai détesté l’esprit de cette famille et cette croyance que le bonheur c’est mal, que personne n’est sur terre pour être heureux, qu’il faut se dévouer à Dieu.

Ce qui me choque profondément et qui aurait pu me faire presque sourire tant c’est juste à peine croyable, c’est lorsque, face au mal-être de Laurent durant son adolescence, plutôt qu’une psychanalyse, ses parents (sa mère essentiellement) lui imposent… Un exorcisme.