Blessures de Femmes, Catherine Cabrol.

La journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes est célébrée ce vendredi 25 novembre 2011 avec le soutien de l’Organisation des Nations Unies. Cette date a pour sources un événement particulier, l’assassinat des soeurs Mirabal – Patria, Miverna & Maria Tereza – en République Dominicaine le 25 novembre 1960, héroïnes et martyres de la lutte contre le dictateur Rafael Trujillo qui dirigea cette République de 1930 à 1961.

La violence à l’égard des femmes et des filles est inacceptable, dans quelque société que ce soit et l’impunité des auteurs de telles violences ne doit plus être tolérée.

La forme la plus courante de violence subie par les femmes est la violence physique infligée par le partenaire intime. En moyenne, au moins une femme sur trois est battue, victime de violence sexuelle ou autrement maltraitée par un partenaire intime au cours de sa vie…

Le viol et la violence conjugale représentent un risque plus grand pour une femme âgée de 15 à 44 ans, que le cancer, les accidents de la route, la guerre et de paludisme réunis.

La moitié des femmes victimes d′homicide sont tuées par leur conjoint ou ex-conjoint ou compagnon.

Dans le monde entier, une femme sur cinq sera victime de viol ou de tentative de viol au cours de sa vie.

La violence à l′égard des femmes a été signalée pendant ou après des conflits armés dans toutes les zones de guerre nationale ou internationale. Entre 250 000 et 500 000 femmes ont été violées au cours du génocide du Rwanda de 1994, entre 20 000 et 50 000 femmes ont été violées pendant le conflit de Bosnie au début des années 1990…

Je voudrais ainsi te parler du site dédié à cette journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes et aussi – et surtout – du site de Paroles de Femmes dans lequel «les hommes s’engagent contre les violences faites aux femmes», parce que l’égalité est aussi une affaire d’hommes, parce que la lutte contre les violences doit se faire avec les hommes.

Paroles de femmes a demandé à 10 hommes,  journalistes, écrivains, Rappeurs, chanteurs, comédiens, humoristes, sportifs, politiques de se mobiliser pour la journée internationale contre les violences du 25 novembre et de dire « Non à la violence faite aux femmes ». Les actions de sensibilisation de Paroles de Femmes ne dureront pas juste une journée mais toute une année. Cela fait trois ans que Paroles de femmes dispense des modules « d’éducation à l’égalité » dans de nombreux collèges mais il faut aujourd’hui que l’Etat s’engage afin de donner les moyens de le faire dans tous les établissements scolaires, les centres de formation, les Universités et Facultés, les Centres sportifs, les Institutions et entreprises publiques…

Alors disons toutes & tous ensemble… Non à la violence faites aux femmes !