Certes, quelquefois j’aime déplorer de ne pas être Parisienne. En vérité, je mens. Je ne me vois pas vivre à Paris et l’année de la réussite à mon concours, mon coeur a loupé un battement quand il a su que j’étais affectée là-bas. Merci le destin qui a finalement préféré m’envoyer à Albertville (certes). Parce que c’est ce que j’aime, ici. Tu as envie de grimper, en 5 minutes tu es là-haut. Et déjà, tu es ailleurs.